Réfugiés : monter une école

Parents, éducateurs, responsables associatifs ou politiques, avez-vous pensé à promouvoir l’école dans les camps de réfugiés ? Il est tout à fait possible et souhaitable de le faire. Pour cela, motivation, bonnes volontés, et beaucoup d’ingéniosité sont les clés d’un bon démarrage.

Faire l’école, oui, mais comment ? 

organiser une réunion1Commencez par réunir les personnes qui seraient susceptibles de créer un lieu et un temps pour l’enseignement au sein des camps. En fonction de la taille du camp, vous pouvez prévoir plusieurs espaces pour plusieurs groupes.

Dans une première réunion, dressez l’état des lieux des ressources dont vous disposez pour développer cette école : y a-t-il des enseignants dans l’assemblée ? Quelles sont leurs disponibilités ? S’il n’y en a pas, qui est prêt à apprendre à enseigner ? Quelles matières ? Quelles sont les connaissances, les compétences de chacun ?

Pendant cette première réunion, lors de la constitution de ce groupe de volontaires, vous prendrez un premier contact, découvrirez de belles personnes, mesurerez rapidement l’élan de générosité présent en chacun de nous.

Avec qui ? 

Avec toutes les personnes qui souhaitent s’impliquer. Il est très important que vous construisiez dès le départ votre « école de campagne » avec les personnes qui vivent dans le camp de réfugiés. Pour cela, le fait de cerner les connaissances et les compétences de chacun est fondamental. Vous verrez, en vous livrant à cet exercice, que vous pourrez constater la richesse et la capacité d’action des uns et des autres.

Qu’enseigner dans les camps de réfugiés en France ?

Commencez par les bases : lire, écrire, compter, parler français (en France), parler anglais, cultiver la terre pour manger, se soigner. Proposez à ceux qui le souhaitent de suivre les programmes de l’éducation nationale. Acceptez les élèves de tous âges et de toutes origines, misez sur l’entraide, le partage, le soutien mutuel. Reposez-vous sur ceux qui parlent déjà l’anglais ou le français, maîtrisent les mathématiques.

Si vous avez les « personnes ressources » sur place, encouragez-les à organiser des ateliers thématiques, comme par exemple : cultiver des tomates, des laitues,  se soigner, se laver. Encouragez-les aussi à organiser des jeux collectifs, des jeux de réflexion, beaucoup, beaucoup de jeux !

A suivre