« L’épanouissement du potentiel avec la qualité de vie au travail, un fort potentiel d’avenir pour nos entreprises »

La Qualité de vie au travail, c’est bien beau, mais pourquoi s’y intéresser ? A quoi ça sert ? Dans un entretien exclusif, Mélusine Harlé, docteur en communication, fondatrice d’Habile et conceptrice de Qvt21, nous explique pourquoi il est plus que jamais nécessaire de renforcer la Qualité de vie au travail au 21e siècle. 

L’équipe Qvt21 : Bonjour Mélusine, pourquoi avez-vous développé Qvt21 ? 

Mélusine Harlé : Nous portons, avec Habile et Qvt21, la conviction que l’épanouissement au travail est un formidable levier pour le potentiel d’avenir de nos entreprises. La Qualité de vie au travail est un moteur important pour favoriser l’épanouissement de ce potentiel. Nous accompagnons les décideurs qui partagent cette conviction. Jusqu’à présent, il n’y avait pas, sur le marché, d’offre suffisamment structuréepour répondre aux besoins d’ancrage concret de la Qualité de vie au travail dans le quotidien des équipes.  Qvt21 répond à ce besoin

L’équipe Qvt21 : « Épanouissement des potentiels », ce n’est pas un peu fort comme terme pour parler de qualité de vie au travail ? 

Mélusine Harlé : je ne crois pas. Le mot « épanouissement » vient de la botanique, c’est « le déploiement des feuilles et des fleurs ». En économie, comme pour les individus, le terme est utilisé pour décrire le « développement, la plénitude ». Impulser ou cultiver une démarche de qualité de vie au travail, c’est cultiver des graines d’épanouissement des potentiels individuels, mais aussi économiques et environnementaux. Investir dans l’épanouissement des potentiels, c’est donc permettre à chacun de révéler, utiliser et développer des capacités qui ne sont pas encore forcément utilisées. 

L’équipe Qvt21 : En quoi l’épanouissement des potentiels est-il utile pour les entreprises ? 

Mélusine Harlé : Si les collaborateurs sont malheureux, mal traités, il n’y a aucune raison qu’ils soient engagés dans leur travail, qu’ils participent aux activités qui créent du lien. En découlent l’absentéisme ou le présentéisme, le burn out, le bore out, le brown out et l’ensemble des coûts induits pour l’entreprise et pour la société. En 2013, l’Union européenne évaluait à 617 milliards d’euros les coûts du mal être ! Les conséquences du mal être sont bien connues : des entreprises moins efficaces, des difficultés de recrutement croissantes, une déperdition inouïe d’énergie : au lieu de développer nos produits, nos services, de recruter les meilleurs talents, bref, développer nos entreprises, on perd temps et argent à gérer les arrêts maladie, le turn over, parfois même la baisse de l’activité liée à la chute de la réputation de l’entreprise. 

L’équipe Qvt21 : Quel est le rapport entre l’Épanouissement des potentiels et le potentiel d’avenir ?

Mélusine Harlé : On le voit bien. L’épanouissement des potentiels permet de créer un cercle vertueux. Il permet aux individus de donner le meilleur d’eux-mêmes et, ce faisant, de se sentir bien dans leur vie. En se sentant bien dans leur vie, les individus cultivent leur curiosité, leur envie d’apprendre, de progresser. S’ils sont bien formés et accompagnés, ils sont plus efficaces dans leur travail, plus ouverts aux autres, plus engagés au travail et dans la société. Surtout, ils sont plus créatifs, ce qui va leur permettre de trouver des solutions originales pour faire face aux nouveaux défis, toujours plus nombreux. 

En cultivant la qualité de vie au travail, en développant la force de proposition de créativité, d’action des collaborateurs, on construit ainsi patiemment un terreau de résilience. Faire le pari de l’épanouissement des potentiels avec la Qualité de vie au travail, c’est ainsi faire le pari de notre potentiel d’avenir pour le 21e siècle.  

C’est tout le sens de nos formationsateliers et conférences

Pour en savoir plus : www.qvt21.fr  ou contactez-nous à lequipe@qvt21.fr