Progresser avec le co-développement

Une des conditions de l’apprentissage en management est le lien avec les situations de travail rencontrées, d’où le succès de la méthode Québécoise du co développement professionnel qui est à la fois un vecteur de cohésion, une source d’apprentissage des soft skills et une manière pour les participants de résoudre des situations concrètes.

Un outil puissant pour le changement

Selon l’association française des professionnels de co-développement, “le Codéveloppement professionnel réunit un groupe de personnes qui partagent des problématiques professionnelles, vont apprendre ensemble et cultiver une « intelligence collective » grâce à un processus en six étapes structurant la parole, l’écoute et la réflexion et incitant à l’action.

Déroulé d’une séance

François Chauvin, expert, coach et animateur en co-développement, explique la méthode :

“Les séances de co développement se déroulent en 6 étapes :

  • Choix du sujet et du participant client
  • Exposé rapide
  • Questions de clarification du groupe
  • Reformulation du sujet par le participant
  • Recommandations et conseils du groupe
  • Plan d’action du participant client
  • Expression des apprentissages pour eux même des autres participants.

A ce déroulé s’ajoutent des apports par l’animateur sur les dimensions organisationnelles et relationnelles du management évoquées lors de la séance.

Articulation des différentes séances

 L’idéal est qu’il y ait autant de séances de de participants volontaires. Au fur et à mesure, les aptitudes relationnelles se renforcent ainsi que l’esprit d’entraide au sein du groupe.

Dans le cadre d’un dispositif intégré, une valeur ajoutée supplémentaire peut être apporté : par une évaluation des compétences acquises par le groupe selon le référentiel managérial mis en place,” l’idéal étant de le renforcer avec le référentiel iDEASS.

Par une synthèse des dimensions organisationnelles qui ne peuvent pas être traitées par le groupe, à restituer le cas échéant au prescripteur de l’action